Symposium virtuel | Former pour agir en contexte numérique : CLE de la relance post-COVID

27 mai 2021 09:00

Investir dans l’humain et dans le développement continu de ses compétences pour collaborer dans un contexte numérique et pour performer avec succès et d’une façon éthique, critique, responsable et durable avec les machines et les technologies émergentes est devenu une priorité de la transformation numérique et de la relance post-COVID. 

Le symposium virtuel et gratuit « Former pour agir en contexte numérique : CLE de la relance post-COVID » regroupe des tables rondes d’experts renommés en milieu de travail, en numérique, en génie informatique, en intelligence artificielle, en psychologie, en anthropology, en éducation, en technologie éducative et en hypertrucage. Ces experts discuteront des enjeux et des solutions potentielles pour assurer la formation inclusive, équitable et transformative, la requalification, la mise à niveau et le perfectionnement de la main-d’œuvre d’aujourd’hui et de demain pour un marché du travail en mouvance au sein de la 4e révolution industrielle et de l’ère post-COVID, où la collaboration humain-machine pour une intelligence augmentée est favorisée, voire même attendue. Former l’humain pour contrer la désinformation croissante sous forme d’hypertrucage est aussi au programme !

Le symposium est organisé en collaboration avec l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique (OBVIA). Il débutera avec le lancement officiel de la Chaire de leadership en enseignement (CLE) sur les pratiques pédagogiques innovantes en contexte numérique – Banque Nationale, sous le patronage de Madame Sophie D’Amours, Rectrice de l’Université Laval. 

Découvrez nos panélistes

9h – 9h50

Lancement officiel de la Chaire de leadership en enseignement (CLE) sur les pratiques pédagogiques innovantes en contexte numérique – Banque Nationale, sous le patronage de madame Sophie D’Amours, Rectrice de l’Université Laval. 

Ma Chaire en 180 secondes !

10h – 10h50

Le numérique et l’IA au travail : Optimiser la collaboration humain-machine

Jean-Philippe est un leader en projet de transformation Digitale et Cognitive dans les services financiers. Il a une expérience réussie dans la transformation des entreprises en s’appuyant sur le Digital, l’intelligence artificielle (IA), l’analytique avancée, la blockchain, l’Internet des objets (IoT) et le cloud. Il a construit l’activité Cognitive et Analytique chez IBM Singapour couvrant l’Asie du Sud-Est, a dirigé l’industrie bancaire au niveau mondial pour IBM Watson Group à New-York (AI & Data IBM Business Unit), et a dirigé pendant 4 ans l’équipe de transformation des processus cognitifs en France.

Son expertise couvre trois grands domaines d’activité au travers les impacts sur l’expérience utilisateur, la mise en pouvoir des collaborateurs/trices avec les changements métiers, et enfin les processus. Il est chargé de positionner IBM comme un partenaire de confiance dans la transformation cognitive de ses clients.

Jean-Philippe dirige depuis 4 ans le chantier de l’impact de l’IA sur les compétences et les ressources humaines pour la Commission européenne. Il a également écrit et publié son premier livre L’IA sera ce que tu en feras (Editions Dunod, 2019), où il partage sa vision sur l’IA redéfinissant le partenariat entre humains et machines à travers 10 règles d’or. Surnommé le « docteur Watson français » par le magazine Forbes, il a contribué à faire du concept d’entreprise cognitive une réalité.    


Directeur principal, Apprentissage et performance à la Banque Nationale, Jean-François travaille avec son équipe à réfléchir et développer des approches d’apprentissage et de gestion de la performance stimulantes, novatrices et à la fine pointe du marché.

Jean-François cumule plus de vingt ans d’expérience en développement des compétences, du développement organisationnel, de la planification de main-d’œuvre et de la rémunération. Il est détenteur d’un baccalauréat et d’une maîtrise en Relations industrielles de l’Université de Montréal ainsi que d’un MBA pour cadres de l’Université du Québec à Montréal.

Avant de se joindre à la Banque Nationale en 2010, il a débuté sa carrière chez Nortel Networks avant de se joindre à TECHNOCompétences comme Directeur des projets ressources humaines. 


Paul Fournier est directeur de la transformation numérique à l’Université Concordia à Montréal. Il est titulaire d’un baccalauréat en beaux-arts avec distinction ainsi que de certifications en tant que professionnel de la gestion de projet (PMP), gestionnaire de projet d’expérience utilisateur (UX-PM) et prestation de services informatiques (ITIL).

Paul travaille depuis plus de 20 ans en éducation universitaire. Au cours de ses premières années, il s’est concentré sur la construction de services d’infrastructure de haute technologie pour appuyer les arts, la recherche universitaire et les services de bibliothèque. Plus récemment, il a contribué à l’élaboration d’une stratégie numérique pour Concordia; il a participé à plusieurs initiatives stratégiques qui ont utilisé des méthodologies de recherche qualitative, des principes de conception axés sur l’utilisateur et des équipes interfonctionnelles.

Paul travaille actuellement avec une équipe de soutien au changement organisationnel et à la cocréation collaborative à l’intersection du travail et des technologies numériques.

Les données ouvertes, l’intelligence artificielle, la biologie, la science évolutive, l’apprentissage tout au long de la vie, l’avenir du travail et le leadership horizontal font partie de ses domaines d’intérêt.


Cécile Petitgand est coordonnatrice de l’initiative d’accès aux données de la Table nationale des directeurs de la recherche du Ministère de la santé et des services sociaux (MSSS) pilotée par le Centre de recherche du CHUM (CRCHUM) et le Fond de recherche du Québec – Santé (FRQS). Elle est aussi associée de recherche au CRCHUM.

Cécile est titulaire d’un doctorat en sciences de gestion de l’Université Paris-Dauphine et de l’Université de Sao Paulo (Brésil), et d’une maîtrise en sciences économiques de la Paris School of Economics. Elle a effectué son post-doctorat au Hub santé : politique, organisations et droit (H-POD) de l’Université de Montréal et au Centre de recherche du CHUM.

Cécile Petitgand est aussi chercheuse associée à l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique (OBVIA) et au regroupement JusticIA de l’Université de Montréal.

Son expertise porte en particulier sur la gestion du développement et de l’implantation responsables des systèmes d’intelligence artificielle dans les centres hospitaliers universitaires du Québec et du Canada.


Designer pédagogique de profession et gestionnaire d’expérience, Kristina a pour mission d’élaborer des stratégies de développement de compétences afin de soutenir la croissance et la transformation d’entreprises. Elle est fière d’avoir accompagné de grandes entreprises canadiennes et internationales au cours des 20 dernières années.

En 2017, portée par la volonté d’explorer les impacts de l’intelligence artificielle sur la force de travail dans le domaine de l’aviation, elle a publié un article portant sur l’intelligence artificielle et l’avenir du travail dans le rapport de formation de l’Organisation Aviation Civile Internationale. En 2018, elle a organisé et présidé une table ronde sur « L’impact de l’IA sur la performance » pour ISPI Montréal.

En tant que gestionnaire en stratégie et services-conseils chez Accenture, elle propose des solutions dans le but de maximiser le potentiel humain à l’aide de l’IA, que ce soit par l’automatisation des processus ou par des stratégies de main-d’œuvre connectée. De plus, elle emploi l’IA pour l’analyse des compétences et le développement des talents.

11h – 11h50

De l’innovation à la transformation pédagogique en contexte numérique dans l’enseignement supérieur post COVID-19 

Pascale Blanc est titulaire d’un Doctorat en informatique de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI, France) et d’une Maîtrise en administration des affaires (HEC Montréal, Canada). Elle cumule plus de 25 ans d’expérience dans le domaine des technologies de l’information et des communications, dont 15 ans en gestion du soutien à l’enseignement, à l’apprentissage et à l’innovation pédagogique.

Au cours de sa carrière, Madame Blanc a occupé plusieurs postes de responsabilité dans diverses organisations en France et au Québec.

Dans le domaine de l’enseignement supérieur, elle a été Coordonnatrice à la Vitrine technologie-éducation (VTÉ), Responsable des systèmes éducationnels et de recherche à l’École de technologie supérieure (ÉTS) et Directrice de la technopédagogie à l’École des hautes études commerciales (HEC) de Montréal.

Elle est actuellement Directrice du numérique à l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF).


Ann-Louise Davidson Ph.D. est professeure agrégée en technologies éducatives à l’Université Concordia. Elle est titulaire de la Chaire de Recherche de l’Université Concordia en culture maker. Elle est directrice du Laboratoire d’Innovation de l’Université Concordia, et directrice adjointe de l’Institut Milieux pour l’art, la culture et la technologie où elle dirige #MilieuxMake, le makerspace de l’institut. 

Elle a créé le groupe de recherche Education Makers, qui rassemble une communauté d’éducateurs, d’étudiants et de membres de la communauté qui travaillent ensemble à pousser les limites de la connaissance du mouvement maker en éducation.

En tant que chercheure, elle est engagée dans la co-conception d’expériences d’apprentissage et de concepts d’ateliers qui s’inspirent de thèmes cruciaux tels que les problèmes mondiaux, la santé, la durabilité et la motivation des jeunes.

Elle a développé une réputation internationale pour ses innovations en pédagogies disruptives avec les technologies émergentes.


Florian Meyer, Ph.D., est professeur agrégé en intégration des technologies en enseignement secondaire et supérieur au département de pédagogie de la faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke, directeur du Pôle d’innovation technopédagogique de la faculté d’éducation.

Il est actuellement responsable des cours en ligne sur l’intégration du numérique au secondaire ou dans le supérieur et sur l’ingénierie pédagogique de cours en ligne.

Sa thèse de doctorat en science de l’éducation, complétée à l’Université de Montréal en 2010, se concentrait sur les effets d’un programme de formation en ligne exploitant des vidéos de pratiques enseignantes sur le développement professionnel des enseignants.

Ses travaux de recherche actuels et ses diverses collaborations internationales portent sur la formation technologique des enseignants à des fins éducatives, la conception technopédagogique ou encore l’intégration du numérique dans les pratiques de formation des enseignants.


Professeur titulaire à la Faculté des sciences de l’éducation et directeur du Centre de pédagogie universitaire (CPU) de l’Université de Montréal, Bruno Poellhuber est chercheur membre du CRIFPE, du groupe de recherche interuniversitaire sur l’intégration pédagogique des TIC (GRIIPTIC) et du pôle éducation de l’observatoire international sur les impacts sociaux de l’IA et du numérique (OBVIA). Ses travaux portent sur l’utilisation des technologies pour l’apprentissage au postsecondaire et chez les adultes, dans des contextes d’enseignement en présentiel et de formation à distance (ex : formation à distance, MOOC, classe inversée). Ses recherches portent plus précisément sur les liens entre encadrement, motivation, engagement et persévérance, le développement et l’adoption d’innovations pédagogiques avec les technologies émergentes (réalité virtuelle, makerspace, etc.), les pratiques pédagogiques actives avec les TIC, dans le contexte des classes d’apprentissage actif et des espaces créatifs. Co-auteur du cadre de référence de la compétence numérique (MÉES, 2019), il s’intéresse aussi aux questions relatives à la litéracie numérique des enseignants et des étudiants.

Détenteur du prix d’excellence en enseignement 1993 pour l’innovation pédagogique, avec son équipe du CPU, il a mis en place une série de mesures d’accompagnement, de soutien, de formation et de collaboration avec l’ensemble des facultés pour aider les enseignants à réaliser la transition vers l’enseignement à distance.


Sébastien Tremblay est Professeur titulaire à l’Université Laval depuis 2002, Professeur honoraire à l’Université Cardiff au Royaume-Uni et Fondateur du laboratoire Co-DOT. Son programme de recherche est centré sur l’interaction humaine avec les technologies, notamment les systèmes adaptatifs où l’humain doit collaborer avec un agent intelligent. L’objectif principal de ses recherches est de maximiser la performance humaine et le bien-être à travers un large éventail de domaines dont la sécurité, la médecine d’urgence, le transport, le sport et le divertissement. Il est reconnu au sein de la communauté scientifique et parmi ses partenaires pour sa vision multidisciplinaire, sa contribution à l’innovation – technologique et sociale – son leadership et son dynamisme. Cette reconnaissance a d’ailleurs été soulignée en 2018 par l’octroi du Prix MITACS pour leadership exceptionnel en innovation au Canada.

Dans le cadre des distinctions en enseignement et recherche de la Faculté des sciences sociales, Sébastien Tremblay a été récipiendaire en 2020 du prix dans la catégorie Mobilisation des connaissances.

13h – 13h50

Regards croisés sur le développement du numérique et de l’IA pour l’avenir de la formation

Tony est un designer passionné d’art et de technologie. Après avoir diplômé de la maitrise en design multimédia de l’Université Laval, il a déménagé à Silicon Valley où il travaille chez Osmo et Byju’s sur des projets innovateurs à l’intersection entre la réalité augmentée,  l’intelligence artificielle et l’éducation. En 2019, il a rejoint les laboratoires de recherche en intelligence artificielle de Google. Depuis 7 ans, Tony donne également des conférences, partage des articles et des vidéos sur les nouvelles technologies.

Vous pouvez le suivre sur YouTube et TikTok.


Keith Beaudoin est Bachelier en informatique de l’UQTR et il a acquis son expérience au cours des quatorze dernières années dans le monde des start-ups et dans de nombreux projets technologiques pour des entreprises du Fortune 50, comme Google et Apple. Keith possède un savoir-faire dans les nouvelles technologies et les technologies immersives uniques au Québec.

En 2006, il a rejoint comme programmeur la jeune start-up Poly9 qui oeuvrait dans le domaine de la cartographie sur le web et qui a été acquise par Apple en 2010.

En 2010, il était l’un des fondateurs d’AptGeek qui offrait des services de consultation à la fine pointe de la technologie dans le domaine du web, de la cartographie et des technologies mobiles. En 2014, il a rejoint AmpMe comme gestionnaire de projet, release manager et pour aider la mise en marché d’une application mobile multi-plateforme qui permet de synchroniser vos téléphones, enceintes de sons et ordinateurs avec ceux de vos amis pour créer un système de son portable.

En 2018, il a rejoint les rangs d’OVA à titre de chef de produits et aide la vision ainsi que le développement de StellarX, une plateforme collaborative multimodale, qui facilite la création d’environnement interactif et immersif, dédiée aux entreprises et aux non-programmeurs.


Julie Castonguay est cofondatrice et Chef de l’expérience (CXO) chez Apprentx, une entreprise qui a développé B12, une application web qui permet de créer et diffuser des programmes de formation adaptatifs grâce à l’intelligence artificielle.  Julie est responsable de l’intelligence artificielle chez Apprentx.  Elle est graduée du programme NextAI du HEC de l’Université de Montréal où elle a participé aux deux parcours offerts : parcours technique et parcours affaires. Ses connaissances et son expérience font d’elle une bonne courroie de transmission entre les mondes de la science et des besoins d’affaire.  En tant qu’architecte d’expérience d’apprentissage, Julie a axé sa carrière sur l’élaboration de stratégies d’apprentissage ayant un réel impact sur la performance des employés. Elle a conçu des programmes de formation novateurs à grande échelle pour des clients tels que l’INSPQ, l’UNICEF, Hydro-Québec, le CN, CGI, et Air Canada.  

Mère de deux garçons, elle est fière de faire partie de la communauté croissante des femmes entrepreneurs dans le secteur des technologies. 


Directeur de Jeu chez Ubisoft Montreal, Olivier encadre des équipes de conception de jeu et de niveaux. Il est également expert en réalité virtuelle, et le formateur officiel des approches rationelles de Game Design et Level Design chez Ubisoft.

Olivier à travaillé sur de multiples franchises de jeu Ubisoft, tel que Assassin’s Creed, Far Cry, Rayman et Ghost Recon. Il est aussi le créateur du jeu Eagle Flight, le premier jeu en réalité virtuelle créé chez Ubisoft, et gagnant de multiples recompenses.

Il travaille dans l’industrie du jeu video depuis 1998, en ayant eu les rôles de directeur créatif, directeur de jeu, directeur de niveau et formateur international.


Enseignant de formation, Louis-Raphaël fonde Optania en 2009, suite à ses travaux de maitrise en éducation de l’UQAC, appliqués à la métacognition.  

Au fil des années, il s’est entouré d’une équipe multidisciplinaire (développeurs, psychoéducateurs, psychologues, enseignants, etc.) afin de créer des technologies uniques au Canada, toutes propulsées par une intelligence artificielle contextualisée au domaine de l’éducation et de l’accompagnement de première ligne des apprenants. En 2016, les algorithmes imaginés par Louis-Raphaël permettent de remporter le prix de l’Excellence et celui de l’Innovation au Gala des OCTAS qui récompense l’excellence dans le domaine des technologies de l’information (TI) au Québec. En 2018, un autre prix OCTAS lui est décerné pour une adaptation de cette technologie au niveau du soutien des élèves victimes d’intimidation.

La technologie d’Optania est maintenant en déploiement dans les 72 Centres de services scolaires, ainsi que dans plusieurs établissements collégiaux du Québec.

14h – 14h50

La conception pédagogique en contexte numérique au cœur de la relance post-COVID

Cadre supérieur axé sur les résultats, Robert Beauchemin cumule plus de 40 années d’expérience dans la direction d’équipes œuvrant dans des établissements d’enseignement supérieur et des industries hautement performantes et innovantes.

En tant que Président et chef de la direction (CEO) du centre de développement eConcordia/ KnowledgeOne de l’université Concordia, Robert dirige une équipe multidisciplinaire qui fusionne  une vaste expertise en pédagogie avec les technologies eLearning de simulation et de ludification afin de développer des plates-formes d’apprentissages innovantes et stimulantes.

Au cours de sa carrière académique, Robert Beauchemin a enseigné à la faculté des sciences de l’éducation de l’université de Montréal.

Chercheur associé au Centre de recherche sur les applications pédagogiques de l’ordinateur, il est également lauréat de la fondation Apple pour la meilleure application pédagogique multimédia au Canada.


Depuis le lancement de l’entreprise en 2004, Edouard a dirigé la transformation de Studio 7 pour en faire un chef de file de la formation en entreprise. Sa stratégie repose sur les forces supérieures de l’agence en matière d’analyse de la performance, de l’éducation des adultes et des communications visuelles. Edouard et son équipe ont mis à profit la combinaison de ces atouts pour créer un portefeuille de solutions qui sont reconnus pour leur qualité et leur rendement.

En 2019, Studio 7 a absorbé l’agence Apprentissage Andrago, une entreprise spécialisée en amélioration de la performance dirigée par Marc Lalande, pour étendre les services de Studio 7 à l’évaluation de la performance, et pour offrir une gamme plus large de services essentiels pour identifier les écarts de performance, les meilleures pratiques en changement de comportement et l’identification des solutions de transfert d’apprentissage et d’évaluation.

À titre de concepteur pédagogique, Edouard possède une maîtrise en technologie éducative et a réalisé des études supérieures complémentaires en gestion, en marketing et en solutions numériques.


Lorne est un entrepreneur, cadre, expert en apprentissage et en amélioration de la performance et passionné par la transformation numérique et l’avenir du travail. Il a cofondé Prospero Learning Solutions Inc. en 1998 et a occupé les postes de président et chef de la direction. Lorsque Prospero a été acquise par GP Strategies en 2013, Lorne est devenu vice-président de l’exploitation Canadienne et partie de l’équipe de direction mondiale du cabinet Digital Learning Services and Solutions. Lorne est actuellement vice-président, apprentissage numérique pour Calian Ltd.

Il a géré des projets et des relations avec certaines des plus importantes organisations du monde, notamment Walmart, Amazon, Citi, Coca Cola, Exxon, Suncor, TD, RBC, Pfizer, CN, TransCanada, Enbridge, HSBC, Rogers, KPMG, et bien d’autres.

Lorne a obtenu sa maîtrise en technologie éducative de l’Université Concordia. Il a été finaliste au Québec en 2012 pour le prix Ernst & Yong entrepreneur de l’année, a remporté un prix PROMIE en 2010 pour Jeune entrepreneur à potentiel exceptionnel, un prix de leadership de la Société canadienne de la sclérose en plaques, et Prospero a été l’une des entreprises profit 500: Canada’s Fastest-Growing. Lorne a également remporté des prix de l’industrie de l’ISPI, E-learning Guild, de la CSTD (I4PL) et des Brandon-Hall Awards for Excellence.


Anthropologue qui s’inspire du « critical participatory design », Karoline Truchon enseigne au département des sciences sociales de l’UQO en communication.

En parallèle, Karoline co-dirige Amplifier, un espace qui permet la rencontre de l’approche ethnographique, du storytelling numérique et du storytelling pédagogique. Elle co-produit et réalise un balado sur les réalités de l’arrondissement Bordeaux-Cartierville à Montréal où elle développe également une approche de mobilisation communautaire avec des vignettes audio déclencheuses de conversation.


Détentrice du MBA Gestion des technologies de l’Université Laval et diplômée du Harvard Business School au programme Owner/President Management, Marie-Pier a toujours eu à coeur d’amorcer les transformations. Déranger ne la dérange pas. Elle aime remettre en question le statu quo pour générer le dépassement.

Nommée au classement du Canada’s Top 40 under 40, l’entrepreneure dans l’âme a fondé AFI Expertise qui depuis a été intégrée sous la marque ombrelle Edgenda. Le groupe Edgenda compte plus de 150 employés et figure au palmarès des 300 plus grandes PME du Québec ainsi qu’au top 400 des entreprises canadiennes en plus fortes croissance. Sa mission est d’accompagner les organisations, les équipes et les individus dans un univers numérique où les transformations s’accélèrent pour assurer le développement du plein potentiel humain et la pérennité des entreprises partout au Canada.

Fidèle à ses valeurs, Marie-Pier s’investit également dans sa communauté, en particulier au sein de divers organismes, notamment, dans le domaine de la santé, de l’entreprenariat et dans l’appui à la relève.

15h – 15h50

Quelle place à l’humain pour contrer les deepfakes ?

Vincent Bergeron est Leader du Groupe des Technologies émergentes chez ROBIC, où il se spécialise en matière de protection, de défense et de valorisation des actifs de propriété intellectuelle reliés aux technologies émergentes, notamment en matière d’intelligence artificielle et de modèles d’affaires basés sur la valorisation des données. Il pratique également en matière de vie privée, droit d’auteur, marques de commerce, brevets, dessins industriels, secrets commerciaux et transferts technologiques (licensing).

Auteur de plus de 180 publications et conférences, il a été invité à titre de conférencier en matière de propriété intellectuelle et de technologies émergentes par plusieurs organisations prestigieuses à travers le monde. Il est reconnu notamment par les répertoires Best Lawyers in Canada et Lexpert en droit de la propriété intellectuelle et en droit des technologies, et a récemment été reconnu à titre de « Lexpert Rising Stars : Leading Lawyers Under 40 » au Canada.

Il siège également sur plusieurs conseils d’administration canadiens et internationaux, dont notamment sur celui du Licensing Executives Society (USA & Canada) ou sur celui de la plateforme de financement participatif La Ruche, dont il est l’un des cofondateurs.


Renée Bourassa (Ph. D.) est professeure titulaire à l’École de design (Université Laval). Elle dirige le groupe de recherche Arcanes avec Jean-Marc Larrue (Université de Montréal) et elle est membre du CRILCQ. Dans ce cadre, ses recherches actuelles portent sur les dynamiques de médiation ainsi que sur les stratégies de tromperie et d’illusion dans les arts trompeurs et dans l’écosystème socionumérique liées notamment à la désinformation.

Ses intérêts de recherche portent sur les fictions, les médiations et les cultures numériques, ainsi que sur les systèmes d’éditorialisation numériques.

Elle a travaillé également sur les personnages virtuels. Elle a dirigé l’ouvrage en ligne Le livre en contexte numérique : défi de design (2021) et co-dirigé, avec Lucille Haute et Gilles Ruffineau,  Éditions numériques (Revue Sciences du design # 8, 2018) avec Bertrand Gervais, Figures de l’immersion (2014) et avec Louise Poissant de Personnage virtuel, corps performatif : effets de présence (2013) et Avatars, personnages et acteurs virtuels (2013). Elle a signé l’ouvrage Fictions hypermédiatiques : mondes fictionnels et espaces ludiques (2010) et de nombreux articles et chapitres de livres.


Photojournaliste pendant près de 10 ans en France et aux États-Unis, producteur de webdocumentaires, Gérald Holubowicz poursuit sa carrière dans la presse en tant que chef de produit spécialisé dans l’innovation éditoriale.

Il travaille avec des équipes pluridisciplinaires pour les aider à traduire leur projet éditorial ou créatif en réalité numérique.

Depuis 2018, il s’intéresse au rôle émergeant des intelligences artificielles dans la création de médias synthétiques et leur impact sur l’information et le public.

En parallèle, il enseigne depuis un peu plus de 10 ans dans différentes écoles de journalisme françaises dont notamment l’école de journalisme de Sciences Po.


Jean-François Lalonde, Ph.D., est professeur agrégé au département de génie électrique et de génie informatique de l’Université Laval. Avant d’entamer sa carrière de professeur en 2013, il était chercheur post-doctoral chez Disney Research. Il a obtenu son doctorat en robotique à Carnegie Mellon University (Pittsburgh, USA) en 2011.

Ses intérêts de recherche se situent à l’intersection entre la vision par ordinateur, l’infographie, et l’apprentissage automatique. Il s’intéresse particulièrement à la façon dont les modèles physiques peuvent être combinés aux méthodes basées sur les données afin de pouvoir mieux interpréter, visualiser, et synthétiser le monde visuel.

Ses travaux ont été disséminés par le biais de 60 articles scientifiques qui ont accumulé plus de 3 000 citations. Il s’implique activement à transférer ses résultats de recherche vers l’industrie, comme le démontrent ses 8 brevets, ses collaborations avec des compagnies telles que Adobe et Facebook, et son implication à titre de consultant scientifique pour plusieurs compagnies de haute technologie.