Actif – Agentivité numérique pour contrecarrer la désinformation sous forme d’hypertrucage

Aujourd’hui, la désinformation est plus trompeuse et manipulatrice que jamais. Les deepfakes ou hypertrucages, une forme particulière de désinformation qui utilise des algorithmes d’apprentissage automatique pour créer des enregistrements audio et vidéo de personnes réelles disant et faisant des choses qu’elles n’ont jamais dites ou faites, risquent de saper rapidement notre perception de la vérité. Les jeunes sont de plus en plus exposés à la désinformation et les éducateurs s’efforcent de trouver des moyens pour aider les jeunes à développer un œil aiguisé pour la détecter.

Cette étude, subventionnée dans le cadre de l’Initiative conjointe pour la recherche en matière de citoyenneté numérique, une initiative conjointe du ministère du Patrimoine canadien et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), explorera l’agentivité numérique des jeunes comme une stratégie pour contrebalancer les hypertrucages. 

Objectifs

Examiner comment les jeunes interprètent le phénomène de l’hypertrucage

Décrire comment les jeunes reconnaissent la désinformation et déterminent comment son contenu est créé, le public qu’il cible, la réaction qu’il essaie d’obtenir et qui en est responsable

Expliquer comment les jeunes perçoivent leur rôle et leur responsabilité dans la lutte contre la désinformation

Discuter des stratégies numériques potentielles que les jeunes pourraient utiliser pour contrer la désinformation

Identifier les catalyseurs et les inhibiteurs des jeunes pour contrebalancer la désinformation

Élaborer des recommandations pour guider les éducateurs, les concepteurs de programmes éducatifs et les décideurs dans leur quête pour promouvoir la pensée critique et l’agentivité numérique des étudiants dans le contexte d’une désinformation alimentée par des utilisations non éthiques des médias numériques, des données massives et de l’intelligence artificielle, et diffusée sur les médias sociaux

Cette étude permettra de mieux comprendre l’influence du deepfake (hypertrucage malveillant) sur la vie des jeunes et d’initier une nouvelle approche méthodologique pour mener des recherches qualitatives liées à la lutte contre la désinformation en ligne.

Les résultats pourraient guider:

  • les éducateurs, les travailleurs sociaux, les concepteurs de programmes d’études et les décideurs dans la conception de programmes de formation qui aident les jeunes à devenir des citoyens numériques efficaces et à développer leurs compétences pour évaluer la validité des informations en ligne, notamment celles qui circulent de manière malveillante sur leurs plateformes de médias sociaux comme les deepfakes, et pour résister à la manipulation, quelle que soit sa source
  • les chercheurs et les praticiens qui s’inquiètent de l’influence des deepfakes et de la désinformation sur les processus électoraux éthiques et responsables du Canada dans les années à venir, alors que la technologie devient de plus en plus sophistiquée et les deepfakes presque indétectables.

Publications

Infocalypse : la propagation des hypertrucages menace la société

Chercheurs et collaborateurs

Auxiliaires de recherche

Subvention