Table ronde : Nouvelles frontières en éducation et en apprentissage tout au long de la vie pour l’avenir du travail

10 septembre 2021 10:00 à 12:00

Relever le défi du développement des compétences de la main-d’œuvre d’aujourd’hui et de demain afin qu’elle puisse collaborer dans un contexte numérique et hybride et performer avec succès et d’une façon éthique, critique, responsable et durable à l’aide des machines et de l’IA est devenu une priorité mondiale des établissements d’enseignement et des milieux de travail pour le virage numérique et la relance post-COVID. 

En plus d’aptitudes techniques, la main-d’œuvre doit faire preuve de capacités dont seuls les humains disposent, tel cerner et résoudre des problèmes, négocier, motiver, convaincre et coordonner. Elle doit prendre des initiatives, avoir un esprit critique, faire preuve de curiosité, être créative et surtout s’adapter. Elle doit avoir l’esprit ouvert, être sensible aux questions d’équité, de diversité et d’inclusion et avoir de l’empathie.

Cette table ronde regroupe des sommités en éducation et formation et en travail et emploi qui discuteront des nouvelles frontières pour développer les compétences futures pour l’avenir du travail.

L’ événement est organisé par la Chaire de leadership en enseignement (CLE) sur les pratiques pédagogiques innovantes en contexte numérique – Banque Nationale  et l’axe Éducation et capacitation de l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique (OBVIA).

La table ronde sera bilingue. Les panélistes répondront en français ou en anglais.

Découvrez nos panélistes

Sous-ministre associé d’Emploi-Québec et secrétaire général de la Commission des partenaires du marché du travail, M. Roger Tremblay est responsable d’élaborer et proposer les politiques, les orientations, les programmes, les stratégies, les mesures, les services et les normes en matière de développement de la main-d’œuvre et de l’emploi. Il est également responsable de la production et de la diffusion de l’information sur le marché du travail.

M. Tremblay a obtenu son baccalauréat en psychologie des relations humaines de l’Université de Sherbrooke. Il est également détenteur d’une maîtrise en psychologie en développement organisationnel de la même université.

Au cours de sa carrière, M. Tremblay a occupé différents postes au sein du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Avant sa nomination comme sous-ministre associé d’Emploi-Québec et secrétaire général de la Commission des partenaires du marché du travail, il occupait le poste de directeur général des opérations territoriales de Services Québec, qui compte 147 points de service. Il a également travaillé au ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et de l’Enseignement supérieur, où il était directeur général des régions.


Sophie D’Amours est la première femme et la 26e personne à occuper cette fonction. Professeure au Département de génie mécanique à l’Université Laval, depuis 1995, et vice-rectrice à la recherche et à la création de l’Université Laval, de 2012 à 2015, elle possède une vaste expérience de l’enseignement supérieur, de la recherche et de la gestion universitaire, tant ici qu’à l’international. Ses recherches portent sur l’ingénierie des affaires, la gestion des chaînes logistiques et les processus décisionnels.

Sophie D’Amours est particulièrement fière de la portée de la contribution de l’Université Laval pour répondre aux défis de société et améliorer le mieux-être des personnes. Elle s’est engagée à accroître cette contribution en soutenant l’innovation pédagogique et les partenariats en recherche, ainsi qu’à favoriser une présence plus sentie de l’Université Laval dans sa communauté et à l’international. Sous le leadership de l’équipe de direction, un plan stratégique audacieux mobilisant l’ensemble de la communauté universitaire a été développé et mis en œuvre.

Femme engagée, Sophie D’Amours valorise le travail d’équipe, l’efficience et la collaboration en réseau. Outre ses responsabilités universitaires, elle a été nommée présidente du conseil d’administration de Universités Canada, en octobre 2019. Elle est membre du Conseil d’administration du Centre de recherches pour le développement international et vient d’être invitée à siéger à celui de la Fondation pour les échanges éducatifs entre le Canada et les États-Unis, le programme Fulbright. Sophie D’Amours a reçu le titre d’Officier de l’Ordre du Canada, l’une des plus prestigieuses distinctions honorifiques civiles au pays.


Andreas Schleicher est Directeur de la Direction de l’éducation et des compétences au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Il a lancé et supervise le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) ainsi que d’autres instruments internationaux formant une plateforme mondiale permettant aux décideurs, aux chercheurs et aux éducateurs d’innover et de transformer les politiques et les pratiques éducatives.

Il collabore depuis plus de vingt ans avec des ministres et des dirigeants du secteur éducatif partout dans le monde pour améliorer la qualité et l’équité dans le domaine de l’enseignement. Le ministre américain de l’éducation, M. Arne Duncan, a dit de lui dans le magazine The Atlantic (7/2011) qu’il « comprend les défis et les enjeux mondiaux aussi bien, sinon mieux, que quiconque, et il me dit la vérité ». Le Secrétaire d’État britannique, M. Michael Gove, désigne Andreas Schleicher comme « l’homme le plus important dans le secteur éducatif anglais », même s’il est Allemand et qu’il vit en France.

Avant de rejoindre l’OCDE, il était directeur de l’analyse à l’Association internationale pour la réussite scolaire (AIE). Il a étudié la physique en Allemagne et a obtenu un diplôme en mathématiques et statistiques en Australie.  Il a reçu de nombreux prix et distinctions, notamment le prix « Theodor Heuss », du nom du premier président de la République fédérale d’Allemagne, pour son « engagement démocratique exemplaire ». Il est également professeur honoraire à l’Université de Heidelberg.


Pedro Barata s’est fait connaître par son leadership stratégique, son rôle actif en matière de politique sociale et son engagement à l’égard du développement des communautés. Sa carrière ainsi que son abondant travail bénévole auprès d’organismes sans but lucratif s’étendent sur deux décennies. 

En sa qualité de directeur général du Centre des Compétences futures, M. Barata travaille avec les partenaires clés des projets pour réaliser le mandat et atteindre les objectifs du Centre : créer un réseau de partenaires et d’intervenants clés, investir dans des recherches de pointe et diriger les activités de recherches, mettre à l’essai et évaluer des projets novateurs et s’assurer du partage et de la mise en pratique des connaissances.

Durant son mandat de vice-président principal, Impact dans la communauté et Stratégie, de Centraide du Grand Toronto (lien en anglais), il a été responsable de l’investissement de 94 millions de dollars de l’organisme dans la communauté, de la stratégie en matière de partenariats, des communications, des politiques et des affaires publiques, de la recherche et de l’évaluation ainsi que de la stratégie interorganisationnelle. Avant d’être au service de Centraide, M. Barata œuvré au sein de l’Atkinson Foundation, de Family Service Toronto, de Social Planning Toronto et de la Ville de Toronto. Il est titulaire d’un baccalauréat ès arts de l’Université York et d’une maîtrise en travail social de l’Université de Toronto.