Using social media for training: An overview of 2019

8 mars 2020

Cette revue de littérature synthétise les utilisations actuelles des médias sociaux pour la formation, telles qu’elles sont abordées dans une sélection d’articles évalués par des pairs, de documents conceptuels et de revues de la littérature publiés en 2019. 

Nos résultats indiquent que les médias sociaux sont principalement utilisés à des fins de formation continue (FC). Dans le secteur de la santé par exemple, l’utilisation des médias sociaux soutient l’apprentissage et le développement des ergothérapeutes et des étudiants en ergothérapie, favorise l’engagement dans les conférences médicales scientifiques et soutient les activités de revalidation et de développement professionnel des infirmières. 

Dans l’enseignement supérieur, les éducateurs utilisent les médias sociaux pour (a) partager du matériel pédagogique, (b) communiquer avec les étudiants, (c) partager les meilleures pratiques entre professionnels, (d) soutenir l’apprentissage par le biais d’activités basées sur les médias sociaux, et (e) héberger des forums de discussion et des communautés en ligne.  

Méthodologie 

Nous avons effectué une recherche de type booléen/phrase fin octobre 2019 dans les bases de données répertoriées EBSCO Host Academic Search Premier, Education Source, ERIC et Human Resources Abstracts. Sur les 1572 publications initialement identifiées discutant des technologies émergentes à des fins de formation, 12 articles sur les médias sociaux ont été sélectionnés pour la synthèse finale selon les critères d’inclusion explicites suivants : 

1. Les articles rapportaient l’utilisation des médias sociaux dans le cadre de la formation dans l’enseignement supérieur, la santé, la banque, les ressources humaines, le transport, le gouvernement et les organisations privées. 

2. Le texte intégral était disponible (si un article n’était pas disponible via les recherches dans les bases de données, les demandes étaient envoyées directement aux auteurs). 

3. Les articles étaient rédigés en anglais. 

4. Les articles avaient été publiés en 2019. 

L’analyse documentaire visait à répondre à deux questions : 

    RQ1. Quelles applications et plateformes de médias sociaux sont utilisées à des fins de formation dans l’enseignement supérieur, la santé, la banque, les ressources humaines, le transport, le gouvernement et les organisations privées ? 

    RQ2. Comment ces plateformes, applications ou fonctionnalités de médias sociaux sont-elles utilisées ? 

Les articles sélectionnés font état d’études menées au Royaume-Uni, au Canada, en Nouvelle-Zélande, en Malaisie, en Arabie saoudite, en Irlande, aux Émirats arabes unis, en Inde, au Japon, aux États-Unis d’Amérique et en Espagne. 

Parmi les 12 articles que nous avons sélectionnés, l’utilisation des médias sociaux pour la formation n’a été identifiée que dans 2 des 7 secteurs que nous avons ciblés. Trois articles portaient sur le contexte de la santé (Jaremko et al., 2019 ; Moorley & Chinn, 2019 ; Murray & Ward, 2019) et 9 sur celui de l’enseignement supérieur (Abrahim et al., 2019 ; Anderson, 2019 ; Darwish, 2019 ; Goodyear et al., 2019 ; Kumar & Nanda, 2019 ; Murugaiah & Yen, 2019 ; Narayan et al., 2019 ; Santoveña-Casal, 2019 ; Sharma, 2019). 

Résultats 

Utilisation des médias sociaux pour la formation dans le secteur de la santé 

Les médias sociaux sont utilisés pour soutenir l’apprentissage et le développement des professionnels de la santé et des étudiants. Ils sont considérés comme un outil pour la formation continue (FC) des étudiants en ergothérapie et des ergothérapeutes qualifiés (Murray & Ward, 2019) ; pour la formation continue participative des infirmières (Moorley & Chinn, 2019), et pour la formation médicale (Jaremko et al 2019). Les professionnels de la santé et les étudiants sont les principaux acteurs impliqués dans l’activité des médias sociaux à des fins de formation. Ils recherchent des informations sur différents sites de médias sociaux et participent à des activités hébergées par les médias sociaux et à des communautés en ligne. 

Recherche d’informations sur les sites de médias sociaux 

Les étudiants en ergothérapie (OT) et les ergothérapeutes utilisent les médias sociaux pour soutenir le développement de leurs connaissances. Ils utilisent Twitter pour créer des réseaux, suivre des conférences et des « journées d’étude » dans différents domaines de pratique, rassembler différentes idées pour la pratique grâce à des mots-clics tels que #Otalk, et se tenir au courant des politiques et des recherches. Ils utilisent les blogues comme des espaces publics interactifs qui permettent une réflexion plus approfondie sur différents sujets liés à leur domaine, Pinterest pour chercher des idées d’interventions en ergothérapie, Facebook pour poser des questions et demander des conseils à d’autres praticiens, et Research Gate pour se tenir au courant des domaines d’intérêt (Murray & Ward, 2019). 

Participer à des activités organisées par des médias sociaux 

Pour participer à des activités hébergées par les médias sociaux comme les Tweetchats, les étudiants en ergothérapie (OT) et les ergothérapeutes ne se contentent pas de partager des informations, ils créent et partagent du contenu. Ils publient des réflexions et des informations dans des blogues et des wikis (Moorley & Chinn, 2019), partagent des vidéos sur Vimeo, et YouTube, publient des infographies sur Pinterest et Instagram, diffusent des événements et des conférences en direct sur Periscope (Moorley & Chinn, 2019), et partagent des connaissances dans des groupes dédiés et des groupes privés sur Facebook (Murray & Ward, 2019). 

Ils envoient des messages privés à des groupes de discussion fermés sur WhatsApp et Facebook Messenger (Moorley & Chinn, 2019), et discutent de nouvelles, d’informations, d’expériences, de ressources, de recherches et de témoignages sur Reddit, sur les Tweetchats et les mots-clics sur Twitter, et sur les groupes Facebook (Moorley & Chinn, 2019). 

Les étudiants en ergothérapie et les ergothérapeutes collaborent dans des groupes fermés sur Slack et Basecamp (Moorley et Chinn, 2019), établissent un réseau sur LinkedIn et explorent sa fonction de blogue et ses fonctionnalités de partage de diapositives (Moorley et Chinn, 2019), favorisent l’engagement dans les conférences médicales scientifiques par le biais de l’activité Twitter (Jaremko et al., 2019) et diffusent les derniers messages de recherche et d’éducation par le biais de tweets de haute qualité dans les hashtags des conférences médicales (Jaremko et al., 2019). 

Moorley et Chinn (2019) expliquent que la revalidation, requise pour le renouvellement de l’inscription des infirmières au Royaume-Uni, a été un catalyseur dans l’utilisation des médias sociaux par les infirmières à des fins professionnelles et éducatives. Dans leur étude, une analyse thématique inductive a été réalisée sur les données recueillies après le groupe twitter @WeNurses utilisant le mot-clic #WeNurses, la semaine des expériences de soins et le projet WeLearn. Les auteurs ont constaté que les médias sociaux étaient utilisés pour publier des réflexions et des informations, partager des vidéos et des infographies, diffuser des événements et des conférences en direct, échanger des messages dans le cadre de discussions privées ou de groupes fermés, discuter de nouvelles, d’informations, d’expériences, de ressources, de recherches et de données probantes, collaborer dans des groupes fermés, ainsi que créer des réseaux. Ils concluent que les événements organisés sur les médias sociaux tels que les blogues, les tweetchats, les tempêtes Twitter, les webinaires, les infographies, les podcasts, les vidéos et les clubs de lecture virtuels peuvent soutenir le développement professionnel des infirmières. 

Jaremko et al. (2019) rendent compte d’une stratégie délibérée de médias sociaux visant à promouvoir l’activité et l’engagement sur Twitter pour une conférence annuelle sur la médecine de la douleur. Les auteurs ont comparé l’activité Twitter de la conférence annuelle d’automne en médecine de la douleur organisée par l’American Society of Regional Anesthesia and Pain Medicine (ASRA) édition 2015 avec celle de l’édition 2016. Pour l’édition 2016 de la conférence, les organisateurs ont déployé une série de stratégies cherchant à promouvoir une activité Twitter de qualité parmi les participants à la conférence. Ces stratégies comprennent : (a) l’enregistrement du mot-clic de la conférence auprès d’une entreprise d’analyse de l’apprentissage afin d’analyser les résultats, (b) la publicité du mot-clic de la conférence dans tous les documents promotionnels et les tweets liés à la conférence, (c) l’accent mis sur la qualité et non sur le nombre de tweets, (d) le crédit accordé aux orateurs et leur inclusion dans les tweets concernant leurs présentations, et (e) le maintien de tweets propres et professionnels. En conséquence, la qualité des tweets associés au mot-clic a considérablement augmenté. La plupart des tweets étaient de nature scientifique, comprenaient des liens, des références ou une forme de média comme des images, et presque tous les tweets étaient originaux et non des réponses ou des retweets modifiés. 

Jaremko et al. (2019) ont constaté qu’une stratégie d’intégration ciblée de Twitter dans les conférences scientifiques peut conduire à une amélioration de la quantité et de la qualité des tweets en direct et de l’engagement des participants, ce qui, à son tour, favorise les dernières recherches et les messages éducatifs clés des délégués aux conférences scientifiques. Les auteurs proposent quatre catégories de mesures de Twitter afin de rendre compte de l’utilisation de Twitter dans l’enseignement médical : (a) la croissance, qui fait référence au nombre de tweets et de participants, (b) la portée, qui fait référence aux impressions et aux adeptes, (c) la qualité du contenu, qui fait référence à l’utilité des médias et des retweets, et (d) l’engagement, qui fait référence au nombre de mentions et de réponses. 

Utilisation des médias sociaux pour la formation dans l’enseignement supérieur 

Les étudiants, les professeurs et les professionnels de l’éducation utilisent le social dans l’enseignement supérieur pour partager des supports d’apprentissage, faciliter la communication entre les étudiants et leurs professeurs, partager les bonnes pratiques entre professionnels, soutenir l’apprentissage par des activités basées sur les médias sociaux et accueillir des forums de discussion et des communautés en ligne. 

Facebook facilite le partage virtuel de ressources éducatives, de matériel pédagogique, d’idées, d’intérêts professionnels et d’informations connexes (Abrahim et al., 2019, Murugaiah & Yen, 2019). WhatsApp est utilisé comme une plateforme de participation où les élèves publient des réponses aux questions de leurs enseignants (Murugaiah & Yen, 2019). 

Goodyear et al. (2019) ont étudié une communauté d’apprentissage professionnel d’enseignants basée sur Twitter. Les auteurs souhaitaient comprendre comment l’apprentissage des enseignants se produit via les médias sociaux et comment les médias sociaux favorisent le développement professionnel. Ils ont analysé les interactions d’un forum de discussion basé sur Twitter qui utilise le mot-clic (#pechat) et les données qu’ils ont recueillies lors des entretiens qu’ils ont menés avec 18 participants. 

Les auteurs ont identifié l’engagement et les pratiques partagées comme les deux thèmes représentant la nature de la communauté d’apprentissage professionnel basée sur Twitter. 

En ce qui concerne l’engagement, deux formes prédominantes ont été identifiées : l’engagement actif, qui était associé aux participants qui avaient une identité de « grand nom de Twitter », et l’engagement d’observation, qui était associé aux participants décrits comme des « observateurs ». Les « grands noms de Twitter » partageaient des points de vue dominants, présentaient des niveaux élevés d’interactivité et étaient décrits comme des hommes blancs bénéficiant d’un certain privilège pour faire entendre leur voix. L’activité des rôdeurs consistait à observer les tweets et à faire rarement des commentaires. Plutôt que de partager des opinions, leurs tweets comportaient souvent des questions. Les résultats suggèrent que la nature de l’apprentissage a été façonnée par les positions de pouvoir et d’influence. 

Les pratiques partagées font référence à « la façon dont les participants ont généré de nouvelles compréhensions, de nouvelles idées et de nouvelles pratiques qui pourraient être transférées dans leurs leçons » (Goodyear et al., 2019, p. 429). La plupart des discussions sur Twitter impliquaient le partage de pratiques autour de sujets prédéfinis, ce qui a été perçu comme utile par les praticiens qui ont pu appliquer de nouvelles idées dans leurs classes. Les médias sociaux peuvent aider les enseignants à surmonter certains des obstacles qu’ils perçoivent lorsqu’il s’agit de participer à des activités de développement professionnel (Goodyear et al., 2019). 

Narayan et al. (2019) proposent une solution d’apprentissage qui intègre l’utilisation d’outils mobiles et de médias sociaux dans un cours de journalisme sous-tendu par des principes d’heutagogie. L’heutagogie, également connue sous le nom d’apprentissage autodéterminé, est une stratégie éducative centrée sur l’étudiant qui met l’accent sur le développement de l’autonomie, des capacités et des aptitudes (Blaschke, 2012) et constitue la théorie de l’apprentissage qui soutient la proposition des auteurs. Les auteurs soutiennent que les outils des médias sociaux peuvent être exploités pour faciliter une expérience d’apprentissage déterminée par l’étudiant. Ils fournissent des principes de conception tirés d’une étude de deux ans au cours de laquelle des étudiants de premier cycle en journalisme ont utilisé des outils de médias sociaux pour créer, rapporter et s’engager auprès du public. Les étudiants ont créé un blog personnel à l’aide de WordPress et un compte Twitter. Dans le cadre du processus d’apprentissage, ils ont été invités à créer et à inclure du contenu multimédia dans leurs articles de réflexion sur le blog et dans le reportage final en utilisant des outils de leur choix tels que YouTube Capture, Piktochart, Hyperlapse, SoundCloud, Google Maps et Vine. En fait, les élèves ont utilisé leurs appareils mobiles et des applications de médias sociaux pour capturer des données et des informations contextuelles afin de faire progresser leur apprentissage et de rédiger un article. 

Santoveña-Casal (2019) a mené une étude à méthode mixte pour analyser l’influence de la participation aux médias sociaux sur les résultats scolaires d’une classe de premier cycle et d’une classe de troisième cycle. Les étudiants devaient choisir entre une activité traditionnelle et une activité Twitter qui représentait 20 % ou 30 % de la note du cours. Sur les 1960 étudiants participant aux cours, 411 ont pris part à l’activité de contrôle continu sur Twitter. Les données sur les performances académiques ont été obtenues à partir des notes des étudiants aux examens, de l’activité Twitter et de l’évaluation globale du cours. Les résultats indiquent que les étudiants qui ont participé à l’activité Twitter ont obtenu des notes plus élevées que les étudiants qui ont participé à l’activité traditionnelle, mais que la participation à Twitter n’a pas eu d’influence significative sur les performances académiques. L’auteur estime que l’activité Twitter proposée manquait de pertinence puisqu’elle était destinée à apprendre aux étudiants à interagir sur Twitter et à former une communauté au lieu de soutenir des objectifs pédagogiques plus profonds. Santoveña-Casal (2019) recommande de considérer trois stades d’enseignement (c’est-à-dire débutants, intermédiaires et professionnels) lors de la conception d’un cours basé sur la participation aux médias sociaux afin d’offrir un étayage en fonction du niveau d’éducation ou de la compétence en matière de médias sociaux. 

Kumar & Nanda (2019) indiquent que les médias sociaux peuvent conduire à des améliorations dans la façon dont les établissements d’enseignement supérieur peuvent aider à l’engagement et au développement des étudiants. Les auteurs proposent un cadre pour l’engagement des médias sociaux dans l’enseignement supérieur qui tient compte des processus les plus importants dans les établissements d’enseignement supérieur, à savoir (1) la promotion et les admissions, (2) l’engagement sur le campus, (3) les anciens élèves et le réseautage, et (4) le placement et le développement de carrière. Pour l’engagement sur le campus, les forums de discussion et le partage de matériel sont les deux activités les plus importantes. Les auteurs considèrent que les systèmes de gestion de l’apprentissage (LMS) peuvent jouer un rôle important dans le partage de matériel, tandis que WhatsApp, Facebook et Twitter peuvent être utilisés pour créer des forums de discussion et des communautés en ligne. Ils pensent que YouTube, Facebook, Instagram et Pinterest peuvent servir de plateformes de médias sociaux les plus importantes pendant le processus de promotion et d’admission puisque les futurs étudiants peuvent participer aux clavardages de la FAQ en utilisant Facebook, regarder des photos et des vidéos montrant l’infrastructure du campus (visites du campus à 360°) et les activités sur YouTube, Pinterest et Instagram. LinkedIn, Facebook, Twitter et les blogs pourraient favoriser le mentorat, l’orientation professionnelle et la collecte de fonds, qui sont davantage liés aux processus relatifs aux anciens élèves et au réseautage. Ces mêmes plateformes de médias sociaux sont utiles pour le profilage professionnel et la recherche d’emploi lorsqu’il s’agit des processus de placement et de développement de carrière. 

Plateformes de médias sociaux utilisées pour la formation 

Comme nous l’avons vu précédemment, les médias sociaux sont utilisés comme un outil de développement professionnel continu pour des groupes professionnels tels que les ergothérapeutes, les enseignants, les infirmières et l’enseignement médical. Cette pratique est initiée par les apprenants eux-mêmes. En fait, les professionnels individuels, les professionnels des communautés d’apprentissage ou les organisateurs de conférences sont les principaux agents impliqués dans les activités de médias sociaux à des fins de formation et d’apprentissage. Ils jouent un rôle actif dans les interactions avec les médias sociaux en recherchant des informations sur différents sites et plateformes de médias sociaux et/ou en participant à des activités organisées par les médias sociaux et à des communautés en ligne. 

Si les événements organisés sur les médias sociaux, tels que les tweetchats, les tempêtes Twitter et les mots-clics Twitter, ainsi que les blogues, les webinaires, les infographies, les podcasts et les vidéos, ont le potentiel de soutenir la formation et le développement professionnel lorsqu’ils sont sur les médias sociaux, les professionnels prennent le contrôle de leur développement professionnel continu. Ils recherchent des informations, partagent les meilleures pratiques, interagissent avec les membres de leurs communautés professionnelles en ligne et discutent de sujets d’actualité liés à leur profession sur diverses plateformes de médias sociaux telles que Twitter, Périscope et Facebook. 

Twitter est l’application de médias sociaux la plus utilisée pour la formation. En particulier, les mots-clics et les discussions organisées appelées Tweetchats ont été signalés comme étant utilisés pour l’apprentissage et la formation. Facebook était la deuxième application de médias sociaux la plus utilisée. Les groupes Facebook ont été cités comme favorisant les discussions et les interactions entre professionnels dans une sorte de dynamique de communauté de pratique. Les blogues tels que WordPress ont été mentionnés comme des sites favorisant la réflexion par le biais de discussions et de messages d’information. Pinterest a été signalé comme étant utile pour le partage d’infographies tandis que les vidéos YouTube ont été utilisées pour promouvoir l’acquisition de connaissances sur des sujets académiques. LinkedIn était le site de réseautage par excellence tandis qu’Instagram était utilisé pour le partage d’infographies et d’informations sur la pratique. 

Autrice