Parution de l’article Pour une éducation aux hypertrucages malveillants et un développement de l’agentivité dans les contextes numériques dans Éducation et francophonie

12 février 2022

Résumé

Pour une éducation aux hypertrucages malveillants et un développement de l’agentivité dans les contextes numériques

La désinformation en ligne n’est pas en perte de vitesse. Le terme infocalypse a d’ailleurs été inventé par Schick (2020) pour décrire la gravité de la désinformation sous forme d’hypertrucages malveillants (deepfakes) qui obscurcissent ce qui était auparavant considéré comme authentique. Cet article de réflexion circonscrit la complexité du phénomène des deepfakes afin de mettre en relief le besoin urgent de mener des recherches qui interpellent directement les acteurs et les actrices du monde de l’éducation. Sous la lentille de l’éducation à la citoyenneté, nous argumentons que le personnel enseignant, les parents ainsi que les actrices et les acteurs éducatifs doivent accompagner les jeunes dans le développement de l’esprit critique, de l’agentivité dans le contexte numérique et du discernement à l’égard des hypertrucages malveillants afin qu’ils puissent se protéger et contrer ce phénomène. Pour répondre à la question « Pourquoi éduquer les jeunes aux hypertrucages malveillants? », nous avons commencé par circonscrire ce phénomène et ses dangers dans un contexte de désinformation. Dans un premier temps, cet article expose la façon dont les deepfakes ébranlent les bases perceptuelles liées à la connaissance humaine et discute de leur menace pour nos sociétés. Deuxièmement, il présente des pistes envisagées et attire l’attention sur l’urgence de sensibiliser les jeunes à ces dangers et de les impliquer pour contrer cette forme de désinformation. Finalement, l’article propose des pistes de recherche à explorer en citoyenneté numérique.

Co-auteurs

Nadia NAFFI Université Laval, Québec, Canada

Ann-Louise DAVIDSON Université Concordia, Québec, Canada

Sylvie BARMA Université Laval, Québec, Canada

Marie-Claude BERNARD Université Laval, Québec, Canada

Nicolas BRAULT Université Laval, Québec, Canada

François BERGER Université Laval, Québec, Canada

Aude GAGNON-TREMBLAY Université Laval, Québec, Canada