L’apprentissage adaptatif au service de la différenciation pédagogique (English Version Forthcoming)

April 9, 2021

La publication début février des résultats des élèves du secteur jeune a rappelé à tous les acteurs du milieu scolaire que l’enjeu de l’égalité des chances en éducation reste plus actuel que jamais. Les changements draconiens imposés par les événements de la dernière année laisseront des traces malgré les efforts titanesques déployés par le personnel enseignant et nous forcent à constater que notre façon d’accompagner les apprenants se doit d’être revue en profondeur. En effet, l’écart entre les élèves forts et faibles s’est accentué depuis le début de la pandémie et les élèves à risque ont vu leur réussite fragilisée par la situation actuelle, mettant en exergue la nécessaire, mais difficile, instauration de la différenciation pédagogique en ligne afin de répondre à tous les profils d’élèves. Cette instauration, déjà complexe à vivre pour les enseignants lors d’une année régulière, s’est rapidement retrouvée reléguée à l’arrière-ban des priorités, entre la discussion sur les savoirs essentiels pour tous et l’urgence de ne pas interrompre l’offre pédagogique. Pourtant, la différenciation pédagogique, malgré son côté chronophage, dépasse la suggestion, son application étant encadrée et prescrite par le ministère de l’Éducation. Ce contexte morose est cependant fertile à une réelle réflexion sur l’apprentissage adaptatif (adaptive learning en anglais) soutenu par la technologie, qui pourrait s’avérer un outil essentiel dans le futur afin d’accompagner les enseignants dans le suivi de la progression des élèves et du respect de leurs individualités. 

Qu’entendons-nous par enseignement adaptatif?

Précision d’abord que par apprentissage adaptatif, il est entendu, sous une forme ou sous une autre, un assistanat technologique impliquant l’utilisation d’algorithmes permettant d’ajuster le contenu éducatif à la spécificité du processus d’apprentissage d’un élève.  Bien que cet accompagnement virtuel puisse s’incarner de diverses manières, de l’entraîneur personnalisé qui utilise des données biométriques afin d’influencer une trajectoire d’entraînement à l’accompagnement des infirmières à travers les chamboulements quotidiens causés par la pandémie à leur profession, l’apport non négligeable de ces technologies permettrait aux enseignants de répondre plus efficacement aux spécificités et aux besoins de leurs élèves.

La différenciation pourrait ainsi se vivre de manière automatisée, sans la lourdeur associée à la préparation de multiples scénarios de progression scolaire, grâce à des systèmes qui modifieraient le parcours et proposeraient des activités selon la performance des apprenants tout au long du processus. Dépassant la simple suggestion d’activités pour l’apprenant, l’immense potentiel de l’enseignement adaptatif se situe également dans le retour d’information rapidement disponible pour les enseignants, qui pourront cibler plus efficacement les difficultés et ajuster leurs actions en fonction du portrait dressé à l’aide des données recueillies. 

S’adapter à la pluralité des contextes scolaires

Plusieurs enjeux liés aux privilèges de classe ou aux capacités des élèves pourraient alors se voir adressés sans ajout à la charge mentale des enseignants. Des plateformes telles ConveGenius, ont déjà fait leur marque en démontrant qu’il était possible de déployer une assistance pédagogico-technologique démocratique et peu coûteuse, même à travers une société aussi économiquement divisée que l’Inde. Ce service, visant particulièrement les clientèles scolaires reculées des milieux ruraux et défavorisés, permet actuellement à 7 millions d’élèves un suivi personnalisé axé sur leurs besoins éducatifs  malgré la pandémie et l’accès limité au milieu scolaire grâce au soutien des gouvernements locaux.

L’enseignement adaptatif permet également de répondre aux besoins des élèves en difficulté ou en situation de handicap, qui trop souvent se voient pénalisés par une approche normative. L’inclusion d’une plateforme assistée par intelligence artificielle pourrait venir s’intégrer à la réalité de la classe et réagir différemment à l’unicité des problématiques de chaque apprenant, permettant un ajustement en temps réel selon ce qui fonctionne ou pas pour un élève et fournissant des rétroactions aux enseignants afin de les aider à mieux préparer leurs interventions. Autre facteur d’intérêt pour les élèves qui ont besoin de support, l’adaptive learning permet une progression basée sur la maîtrise des savoirs, ce qui permet de décharger du stress lié à une évolution linéaire dictée par l’agenda scolaire. L’idée de prendre en compte les besoins de chacun ne s’arrête cependant pas à un seul profil, les élèves doués ou performants pouvant également grandement bénéficier des plateformes d’enseignement adaptatif. Les plateformes assistées par intelligence artificielle pouvant identifier et s’adapter aux difficultés, elles peuvent également se concentrer et encourager les forces des apprenants.

En effet, il est possible pour l’élève ayant besoin d’un rythme plus soutenu d’avoir accès à des objectifs engageants axés sur ses intérêts proposés par les données de sa propre progression et de se voir dirigé vers des ressources et des situations d’apprentissage supplémentaires afin de rester motivé et actif. Ainsi, il est possible d’évacuer les pertes de temps liées à l’attente des élèves qui auraient besoin de plus de temps ou d’une présence enseignante plus soutenue. La pluralité de finalités et de situations rendant possible le recours à l’apprentissage adaptatif permet cependant un constat fort ; que de se tourner vers ces outils comporte un bénéfice net pour tous les élèves qui ne fera que s’agrandir avec l’avancement constant des algorithmes et des technologies.

Comme toujours, il faut garder certains principes en tête afin d’intégrer de manière optimale la technologie à la pratique enseignante. Tout d’abord, il est important de rappeler que l’enseignement adaptatif n’est pas un remplacement de l’enseignement, mais un complément ou une personnalisation du processus éducatif et un recentrage de l’évolution curriculaire autour du rythme de l’élève. Dans ce contexte, le rôle des enseignants se doit d’être repensé puisque l’acte d’enseigner devra également se montrer adaptatif dans ce nouveau paradigme, ce qui demandera bien entendu à la société civile de redéfinir les modalités de progression éducative afin de vivre une différenciation pédagogique globale pour l’ensemble des élèves.

Author