La pédagogie post-pandémie devrait être universelle

12 mars 2021

La situation actuelle obligeant l’enseignement à distance a permis de découvrir que certains étudiants qui réussissaient bien dans un contexte structuré d’enseignement en présentiel peinent à réussir de la maison et d’autres, qui réussissaient moins bien dans un environnement structuré d’enseignement en présentiel, s’adaptent et réussissent mieux dans ce nouveau contexte d’apprentissage en mode numérique.

Cette découverte vient ajouter une dimension au spectre de la diversité étudiante et un argument supplémentaire en faveur de la pédagogie inclusive, initialement réfléchie et mise en place pour soutenir les étudiants en situation de handicap dont le nombre ne cesse d’augmenter.

En 2020, selon le ministère de l’Éducation, depuis 2009, les étudiants en situation de handicap sont en hausse de 850% et selon le CRISPESH, 20% des étudiants sont en situation de handicap. Ces données indiquent une hausse importante des demandes de mesures d’accommodement notamment dans les établissements d’enseignement supérieur, au cas par cas, selon les besoins spécifiques de chaque étudiant. Elles sont également une raison suffisante à elles seules pour porter un intérêt accru à la pédagogie inclusive ou au concept universel de l’apprentissage.

Mais la diversité étudiante ne s’arrête pas là…

Mentionnons aussi les particularités des étudiants plus âgés dont la réalité et les méthodes d’apprentissage sont différentes, les étudiants internationaux dont l’adaptation à un nouveau milieu d’enseignement est également un enjeu sans compter les divers milieux de provenance socioéconomique et culturels dont les étudiants universitaires de première génération, ceux issus de milieux ruraux ou modestes et ceux pour lesquels le français n’est pas la langue maternelle.

À cette réalité d’avant la pandémie de Covid-19 s’est maintenant ajoutée celle des étudiants qui réussissent mieux en contexte d’apprentissage numérique.

Depuis mars 2020, tous les établissements scolaires se sont démenés pour être en mesure de dispenser leurs cours à distance. Toutefois, un jour, la pandémie qui a causé cet important remous dans les habitudes pédagogiques prendra fin. Que restera-t-il de ces efforts exceptionnels pour la transmission du savoir, pour la réussite et l’accompagnement des étudiantes et des étudiants? Qu’adviendra-t-il des réflexions effectuées au regard des différents moyens numériques soutenant la persévérance et la réussite scolaire? La durée de la pandémie aura-t-elle été suffisante pour que s’implantent de nouvelles habitudes, un nouveau paradigme pédagogique? La diversité deviendra-t-elle, finalement, la nouvelle norme?

Pourquoi adopter le concept de la pédagogie universelle?

La pandémie actuelle a permis aux systèmes d’éducation un peu partout dans le monde de réaliser qu’ils étaient vétustes et que le modèle hybride gagnerait à être mis de l’avant, entre autres, afin de réduire les iniquités. L’obligation de se tourner vers l’enseignement en ligne a forcé la révision du contenu des cours, des moyens de communication et de collaboration, des méthodes d’évaluation et d’accompagnement des étudiants. La situation a aussi permis de relever que l’enseignement traditionnel ne prépare pas adéquatement les futurs citoyens au monde dans lequel ils auront à évoluer et dans lequel la technologie prend une place de plus en plus importante.

De plus, bien que l’accès à l’internet soit un service essentiel depuis 2016, la crise sanitaire actuelle a démontré des failles importantes quant à cet accès non seulement dans les pays en développement, mais aussi dans les milieux ruraux des pays développés. La technologie n’est pas, en soi, la solution pour la pédagogie inclusive, elle est plutôt une stratégie parmi bien d’autres.

La pédagogie universelle « se caractérise par la capacité d’innover, de se remettre en question et par l’utilisation d’une panoplie de stratégies » (Bergeron, Rousseau et Leclair 2011) dans le but de soutenir l’accessibilité et la réussite de tous les étudiants, et ce, peu importe leurs particularités.

Ce concept dépasse largement les étudiants en situation de handicap ou même la diversité étudiante, il représente la capacité pour l’enseignement de s’adapter à toute situation, de se renouveler et de s’ajuster en fonction des défis et des besoins.

La prise en compte de la diversité, autant celle des étudiants que celle des moyens utilisés pour transmettre les connaissances et pour en démontrer l’acquisition, fait partie intégrante de la pédagogie universelle. Qu’il s’agisse d’offrir le contenu des cours dans plusieurs formats (vidéos, lectures), d’offrir les cours eux-mêmes sous diverses formes (présentiel, distance synchrone ou asynchrone), de permettre la remise des travaux sous des formats différents au choix de l’étudiant, etc. L’objectif principal étant que les étudiants atteignent les objectifs prévus au cours, non qu’ils les atteignent selon des moyens imposés.

Momentum

Non seulement l’expérience forcée de l’apprentissage et de l’enseignement en ligne de la dernière année a grandement contribué à baisser les barrières psychologiques des parties prenantes qui freinent habituellement le changement, mais les institutions ont maintenant accès à des données de terrain leur permettant d’effectuer des analyses en vue de modifications dans les cursus scolaires permettant l’accès aux études à moindres coûts.

Tous les éléments sont en place pour alimenter une réflexion approfondie sur les méthodes d’enseignement, d’apprentissage, et l’éducation en général. Il s’agit d’une opportunité inouïe pour implanter dès le départ le concept universel de l’apprentissage et d’effectuer un changement de paradigme vers l’approche pédagogique axée sur l’apprentissage au lieu de l’enseignement.

Comme l’avance John Goodwin dans son article, bien sûr, les compétences développées sous le modèle de l’enseignement traditionnel demeurent importantes, mais la créativité et la capacité de résilience en dépit des défis imprévus qui peuvent survenir seront parmi les compétences les plus en demande dans un monde qui change rapidement, et les étudiants d’aujourd’hui doivent les développer. La pédagogie universelle offre l’ouverture à la diversité et la flexibilité nécessaires dans les méthodes d’enseignement et d’apprentissage pour faire face à toute éventualité.

Il faut cesser de voir la pédagogie inclusive ou universelle existant uniquement pour combler les besoins des étudiants en situation de handicap; la pédagogie universelle est pour tous, dans toute circonstance et selon les défis à venir, la voie à privilégier.

Autrice