L’approche efficace pour enseigner à distance

17 novembre 2021

L’apparition de la Covid19 a engendré un transfert massif vers l’enseignement à distance au printemps 2020. À l’origine, il s’agissait de pouvoir maintenir un accès à l’éducation par le biais des technologies; ce qu’on appelle de l’enseignement à distance en situation d’urgence (emergency remote teaching). Bien qu’un récent sondage mené aux États-Unis indique que 75 % des étudiants préfèrent l’enseignement en classe ou en formule hybride, plusieurs institutions ont observé certains avantages à l’enseignement à distance et envisagent de maintenir celui-ci, du moins en partie, dans leur offre pédagogique.

Dans ce contexte, il devient important de réfléchir à certains défis apportés par l’enseignement en ligne telle que la santé mentale du corps professoral. Celui-ci peut expérimenter de l’épuisement, de la démotivation et un sentiment d’inaptitude devant un manque de ressources ou une charge de travail trop prenante suivant le transfert vers un mode d’enseignement à distance. Afin de réduire les risques d’épuisement professionnel encore plus difficile à identifier en télétravail, nous vous proposons ici une série de stratégies visant à maximiser vos résultats dans un contexte d’enseignement à distance tout en minimisant la quantité d’efforts fournis.

Une introspection s’impose

Prenez d’abord conscience de l’état d’esprit avec lequel vous abordez l’enseignement à distance. Espérez-vous que tout redeviendra « comme avant » ou encore croyez-vous que vous êtes mauvais avec les technologies? Choisir de voir l’enseignement à distance comme une occasion de croître et de développer vos compétences permettra de modifier votre perception de la situation. Il ne s’agit plus de survivre à l’enseignement à distance, mais d’y prospérer. 

On sait que chaque prestation d’enseignement implique une bonne dose de travail préparatoire. Commencez par reconnaître votre stress, vos croyances et le travail émotionnel que requière l’enseignement à distance. Une plus grande dose d’empathie envers vous-même pourrait vous soulager d’émotions négatives rendant le travail plus lourd à porter. 

Moins, c’est plus!

Dans la préparation des activités pédagogiques, appliquez la règle des 3 R : Réduire, Réutiliser et Recycler. D’abord, on réduit en se questionnant sur la nécessité de cette tâche qu’on veut accomplir pour atteindre l’objectif d’apprentissage. Cette activité qui prendra une heure à préparer est-elle essentielle? Cette mise en page élaborée aussi? Ensuite, on réutilise en vérifiant si on peut adapter des activités déjà existantes. Il s’agit là d’une belle économie de temps sur la rédaction des consignes, sur la mise en page ou encore la grille d’évaluation. Finalement, on recycle en collaborant avec des collègues et en reprenant du matériel déjà disponible sur différentes plateformes de partage. On s’assurera alors bien sûr de respecter les droits d’auteur.

Évitez de vouloir tester et utiliser toujours de nouvelles applications. La philosophie less is more a également sa place dans le choix des outils technologiques. Vous économiserez du temps en faisant une sélection limitée des solutions qui seront les plus efficaces pour votre enseignement. Chaque nouvel outil implique du temps de formation pour vous familiariser avec ses composantes et ajoute au temps d’accompagnement auprès des étudiants qui utilisent l’outil pour la première fois. Vous concentrer sur une petite banque d’outils bien choisis facilitera votre planification et réduira le stress associé à la nouveauté.

Allez à l’essentiel quant à l’information nécessaire et aux tâches à accomplir. Il peut être facile de tomber dans le piège de vouloir en donner un peu plus simplement pour couvrir toutes les bases et penser combler les attentes des apprenants. Sachant que seulement 20 à 30 % des étudiant.e.s feraient la lecture des ressources obligatoires, un choix éclairé évitera une surcharge autant pour l’étudiant.e que pour l’enseignant.e.

Petits trucs pratiques

Profitez des avantages de l’enseignement à distance pour réduire la charge de préparation des cours. Plutôt que de faire de longs exposés (tout aussi longs à préparer et plus ou moins écoutés par les étudiant.e.s), utilisez la formation asynchrone pour proposer des lectures ou des vidéos existantes. En classe, vous pourrez en profiter pour discuter et proposer des activités de mise en pratique. 

Comme autre alternative pour réduire le temps de préparation lorsqu’il s’agit de présenter du contenu théorique, vous pourriez faire appel à un.e spécialiste invité.e. Accueillir une nouvelle personne en classe à l’avantage de dynamiser le cours et attise souvent l’intérêt des étudiant.e.s pour longtemps grâce à l’effet de nouveauté et le potentiel de développer leur réseau professionnel.

Recevoir une rétroaction régulière encourage les étudiant.e.s à s’investir davantage dans la préparation requise entre les cours et les gardent plus motivés. Profitez de votre plateforme de formation pour programmer à l’avance les messages de reconnaissance à envoyer lorsqu’une personne complète une tâche. Elle recevra automatiquement vos messages d’encouragement tout au long de la session.

En conclusion…

Au même titre que l’apprentissage à distance requiert des habiletés particulières chez l’étudiant.e, l’enseignement à distance nécessite également de s’adapter à de nouvelles façons de faire. Bien que l’objectif de l’enseignant demeure le même, les moyens à disposition et les méthodes de travail diffèrent. Les pistes présentées dans cet article n’en sont qu’un court aperçu. Il y a fort à parier que plusieurs autres bonnes pratiques émergeront au fil du temps.

Autrice